Thursday, August 27, 2009

PS d'Or

A new set of prizes, awarded by journalists at the behest of Rue89:

  • Langue de bois d'or : Harlem Désir. Jamais un mot plus haut que l'autre, il devance d'une voix Martine Aubry, qui proclamait au soir des européennes : « Si c'était à refaire, je referais la même campagne. »
  • Melon d'or : Pierre Moscovici. Celui qui se rêve en candidat à la présidentielle est talonné par Manuel Valls (d'une petite voix) et par Vincent Peillon (de deux voix). Les « jeunes pousses » sont sur le podium.
  • Retournement de veste d'or : Arnaud Montebourg. Du NPS à Ségolène Royal via Martine Aubry. Son parcours NPS ressemble à un joli zig zag. Vincent Peillon arrive deuxième.
  • Comique d'or : Jean-Christophe Cambadélis. Il l'emporte de haute lutte devant Guillaume Bachelay, Benoît Hamon, Gérard Collomb, Gilles Pargneaux ou Ségolène Royal. Sa « lettre à un militant qui n'en peut plus » a fait la différence.

    Le roi des snipers propose que « chaque élu, chaque responsable s'engage pendant un an à ne pas critiquer le PS ou ses camarades ». Certains ont apprécié sa campagne des européennes, inspirée, à en croire « Camba », de celle de Barack Obama.

Leader of the Herd

When the herd starts moving in one direction, the leader had better put herself in front of it. Apparently, Martine Aubry got the message: there will be some sort of primary to choose a presidential candidate of ... what? The Left? The PS? The PS and some partner(s) to be named later? And it will be an "open" primary, we are assured. Open to whom remains to be seen. "There will be "open primaries to choose the candidate of our party," Aubry said. And what if the candidates of other parties choose to avail themselves of this openness?

Less noticed in Aubry's statement was the preceding clause: among the changes in the party rules necessary to "reinvent democracy" (no less!), Aubry lists "le non-cumul des mandats." That will shake things up a bit.