Thursday, August 26, 2010

Libé Interview

I'm quoted in Libé this morning on the Roma affair. If you aren't a subscriber, here's what I said:

Cette affaire des Roms dégrade-t-elle l’image de la France aux Etats-Unis ?

Oui… dans la mesure où elle est connue. Il y a eu quelques articles dans le New York Times mais on ne peut pas dire que ce soit un sujet dont on parle beaucoup aux Etats-Unis. Tout simplement car nos médias ne couvrent pas beaucoup l’actualité française. Nous avons nos propres problèmes d’immigration, ou la mosquée de Manhattan, qui nous préoccupent bien davantage.

Parmi les Américains qui suivent l’actualité française, comme les lecteurs de votre blog, quelles sont les réactions ?

La plupart sont choqués, comme je le suis, qu’on ait utilisé quelques incidents mineurs, qui dans la vallée du Cher n’impliquaient même pas des étrangers mais des citoyens français, gens du voyage, pour une réorientation complète de la politique de Sarkozy vers le tout sécuritaire. Pour les Américains qui connaissent Sarkozy, ce n’est pas une complète surprise. On l’avait déjà vu procéder ainsi durant sa campagne électorale. Mais on pouvait aussi espérer qu’il avait changé, après l’avoir vu tendre la main à la communauté musulmane ou nommer des ministres issus de l’immigration comme Fadela Amara. Avec l’approche de l’élection de 2012, Sarkozy semble maintenant revenir à l’agitation de boucs émissaires.

Eric Besson a plaidé la semaine dernière que Barack Obama lui même ferait un scandale en France, pour avoir envoyé 1500 hommes en renfort à la frontière mexicaine…

Ce parallèle est inacceptable. Les Roms ont parfaitement le droit de venir en France puisqu’ils sont citoyens de l’Union européenne. Les Mexicains qui tentent de franchir la frontière américaine sont des illégaux qui prennent de grands risques pour venir aux Etats-Unis. Même d’un point de vue humanitaire, la décision de Barack Obama peut se justifier pour préserver ces immigrants de la mort dans le désert.
Il est vrai que l’opinion française est très réactive, peut-être trop parfois. Mais il est clair pour moi que Sarkozy voulait provoquer ces réactions excessives de la gauche, pour faire revenir la droite dans son camp. Je pense que les réactions excessives faisaient partie de l’objectif de Sarkozy.

I've already heard from one Parisian friend who isn't too happy with my remarks, perhaps because I speak of an "overreaction" of the Left that Sarkozy may have sought deliberately to provoke. I include myself in this allegation of  "overreaction," since I assumed initially that the Roma, being European citizens, had the right to stay in France indefinitely, when in fact there is a three-month limitation with exceptions for those who have found employment or are seeking employment. But what I really meant was that the Left overreacted by ignoring the authentic anxieties of the French. Its record on dealing with crime and managing integration is in fact better than that of the Right, and it needs to remind people of this while continuing to defend the legitimate rights of immigrants. I could have said this better. Fortunately, Bernard Girard already has, here.