Sunday, March 6, 2011

From the NPA and CGT to the FN

Fabien Engelmann, a cégétiste who was no. 2 on the NPA list in Moselle in the 2010 regional elections, has joined the Front National. His reasons:

Cela tient tout d’abord à l’arrivée de Marine Le Pen. Elle a su dédiaboliser le FN, qui, je pense, a souvent été victime de caricatures par les bien-pensants. Actuellement, elle est la seule à défendre véritablement la loi de 1905, à dénoncer la banalisation du halal et les prières illégales sur la voie publique. Elle apporte des solutions contre la mondialisation, et donc contre les délocalisations, elle propose aussi de lutter contre la concurrence imposée de la main d’œuvre étrangère avec la main d’œuvre « locale » dans le but avoué de faire baisser les salaires quitte à jeter au chômage des Français. Marine Le Pen lutte aussi contre l’Europe de Bruxelles qui nous appauvrit de jour en jour et, bien sûr, elle songe aussi à un éventuel retour au franc, car si un risque d’effondrement de l’euro existe, nous avons tout intérêt à nous doter d’un plan de sortie anticipée. De plus, je pense qu’elle a raison de défendre la préférence nationale et de rappeler que nous ne devons avoir honte ni de notre culture, ni de nos couleurs. Chaque pays a sa propre histoire et certains acquis qui lui sont propres. Je suis donc plutôt favorable à une Europe des nations.


Engelmann is only the symptom of a much larger problem:


Notre consoeure de L’Est républicain mentionne l’intervention de Loïc Karboviac, adhérent CGT et pompier en Moselle “Au SDIS 57, les trois quarts des syndiqués votent Le Pen ou Sarko. Et s’il y avait un ‘Engelmann’ chez les pompiers aujourd’hui, ils le soutiendraient. D’autres sections ont le même problème. A force de dire que le syndicat ne fait pas de politique, ne s’est-on pas tiré une balle dans le pied. D’autres syndicats sont aujourd’hui contaminés par le Front. Alors qu’est-ce qu’on fait ?”

That said, a report on France 2 last night stated that among recent adherents of the FN, 21% voted for Sarkozy in  the first round of 2007, compared with 7% who voted for one of the candidates of the Left. Still, the important point to note here is Engelmann's justification of his switch, which is a point-by-point summary of Marine Le Pen's platform. Her message--economic and nationalist--has apparently removed the stigma from her party for an increasing number of working-class voters. It is also worth noting Engelmann's explicit rejection of the charge of racism or Islamophobia in regard to what he understands as a "defense of laïcité," which is precisely the way in which the FN under MLP has recast the anti-immigrant politics that have defined the party from its inception. For him, it was the NPA's acceptance of a veiled candidate that he could not admit:

 En mai 2009 un peu avant les élections européennes, j’ai rejoint le NPA, car je trouvais intéressante l’idée de réunir la gauche de la gauche autour d’un programme commun. Grande a été notre déception quand, avec mes amis du comité NPA de Thionville, nous avons appris que notre parti présentait une candidate voilée aux régionales, dans le Vaucluse. Nous nous sommes aussi rendu compte que toute critique de l’islam était immédiatement taxée de racisme ou d’islamophobie, alors même que les critiques à l’encontre du catholicisme ou d’autres religions étaient les bienvenues. Quelle drôle de conception de la laïcité ! … Nous sommes tous partis.
He also rejects Mélenchon for the same reason:


Le problème avec Jean Luc Mélenchon, ... c’est l’immigration. ... Aussi lorsque Jean-Luc Mélenchon dit vouloir régulariser tous les sans-papiers, je ne suis pas d’accord
ADDENDUM: Another case of CGT->FN crossover, resulting in suspensions in Montreuil.

No comments: