Monday, May 30, 2011

Greeks Turning Against Democracy

Jean Quatremer has an alarming report on Greece:

Plus grave : ce sondage confirme le rejet grandissant de la démocratie. 30 % des sondés souhaitent que le pays soit dirigé par « un groupe d’experts et de technocrates », 22,7 % par un « dirigeant puissant auquel parlement et élection ne puissent pas faire obstacle » pour réformer le pays et moins d’un quart des sondés estime qu’un gouvernement élu démocratiquement est capable de faire face à la crise. Dès lors, rien d’étonnant à ce que 52,7 % des Grecs (contre 44,1 %) approuvent le « contrôle économique » de la Grèce exercé par l’Union européenne et le FMI, même s’ils sont 62 % à trouver que la cure d’austérité va dans la mauvaise direction. Ils estiment manifestement qu’au moins les institutions internationales savent ce qu’elles font à la différence de leur personnel politique.

2 comments:

Anonymous said...

Considering that Greece was looted by its elite this sentiment appears to be perfectly reasonable.

Mary Campbell Gallagher, J.D., Ph.D. said...

The difficulty of achieving drastic action in a democracy is unchanging. The difficulty of putting limits to power, likewise. Perhaps "un « dirigeant puissant auquel parlement et élection ne puissent pas faire obstacle » pour réformer le pays" need not be a dictator. Difficult as it would be to choose the person and to limit his power, perhaps the Greeks are hoping for something more like Plato's philosopher king.