Saturday, May 14, 2011

Hervé Morin: Transfusion ou Transfuge?

Hervé Morin was so mild-mannered as Sarkozy's defense minister, you might almost have forgotten that he existed. But now that he's been sacked, he seems to have been re-energized by a blood transfusion. Or has he rather become un transfuge? Listen to what he writes in his new book with a title that speaks volumes:


Dans cet ouvrage intitulé Arrêtez de mépriser les Français, à paraître le 11 mai chez Flammarion, Hervé Morin, qui envisage de se présenter à la présidentielle, fustige "une représentation du pouvoir" de Nicolas Sarkozy "à son image : brutale, outrée, parfois indécente".

L'ancien ministre, pourtant peu porté sur la critique lorsqu'il était en poste, n'hésite pas à attaquer violemment le chef de l'Etat : "Nous sommes mal à l'aise lorsqu'il tape dix fois sur l'épaule de Barack Obama pour montrer qu'ils sont 'copains'... Des comportements de 'petit garçon' ? (...) Sans doute. Et de petit garçon capricieux."

Mais ce n'est pas là sa seule critique. Il accuse également le chef de l'Etat d'avoir fait preuve d'un grand cynisme en appelant au gouvernement des personnalités issues de la diversité. Hervé Morin raconte ainsi qu'il est "encore gêné en repensant à la manière dont le président 'jouait' avec Rama Yade et Rachida Dati de leur diversité. Il les mettait en concurrence dans un curieux jeu"....Quant au fond de sa politique, M. Morin dénonce une "stratégie du derviche tourneur" menée par un homme qui "manque de vision à long terme", et "fait tout et son contraire". "Un président qui confond volontarisme et annonce permanente",mettant en place "un tournis qui empêche les partenaires sociaux et l'opinion de se fixer, donc de se mobiliser contre une mesure"....François Fillon n'est pas épargné. M. Morin raconte comment, à chaque entrevue en tête-à-tête avec le premier ministre, il avait "droit à un quart d'heure de réflexions critiques [sur le chef de l'Etat]. Une forme de thérapie pour soigner sa sciatique"
Hell hath no fury like a centrist scorned.

1 comment:

FrédéricLN said...

Yes. But as Morin himself puts it, the criticism is on "la forme", not "le fond" (the way Nicolas Sarkozy deals with people around him and topics - not the substance of his policies). http://www.lunion.presse.fr/article/marne/herve-morin-mene-lassaut-centriste

That's exactly what the "premier des sarkozystes", Patrick Devedjian, also says : "il y a un vrai divorce entre le fond et la forme. Nicolas Sarkozy a réalisé des réformes considérables qui resteront, mais il pâtit de sa spontanéité" http://www.lepoint.fr/politique/devedjian-les-francais-n-ont-pas-compris-le-style-sarkozy-07-05-2011-1327963_20.php

That's very typical of "le centre", old manner, those about which Georges Pompidou said « un centriste, ça se retourne, ça se roule dans la farine et ça se fait frire » (a centrist, you return it, you roll it in flour and you fry it). Morin and peers always agree to be fried, but request this would be done at at lower oil temperature.

They are ready to take any opportunity (say, DSK under arrest) to shout their preference for the right.

Yet I would prefer them to stick with the center - as their political preferences, the ones they constantly waive to get enforced, are not far from ours (at Mouvement démocrate).