Saturday, May 28, 2011

The Socialist Project: Something Old and Something New

Rehashed here. Evaluated by Mediapart here.

Among the points signaled as new by Mediapart:


Pour protéger les intérêts de l'Europe, de ses savoir-faire et de ses salariés dans la mondialisation: des droits de douanes modulablesLe tournant est notable pour le parti socialiste. Il y a un an encore, quand Benoît Hamon avait commencé à avancer l'idée d'une fiscalité européenne tenant compte des normes sociales et environnementales, beaucoup de socialistes avaient décrié l'idée sur le thème « le protectionnisme, c'est la guerre ». Depuis le débat s'ouvre.
14. Pour que l'égalité salariale femme-homme devienne une réalité: conditionner des exonérations de cotisations patronalesLes entreprises devront conclure d'ici le printemps 2013 un large accord de «revalorisation du travail» incluant la formation, la santé au travail et l'égalité salariale homme-femme, faute de quoi elles ne pourront bénéficier des exemptions de cotisations patronales. Reste à encadrer le dispositif, afin d'éviter que certaines ne signent des accords bidon pour ne pas être sanctionnées – c'est ce qui s'est passé avec les accords seniors en 2010. Autre problème: dans beaucoup de TPE et PME, le dialogue social est inexistant, l'UMP ayant récemment torpillé une loi qui prévoyait de le mettre en place.
Le PS entend faire varier les moyens attribués à chaque établissement mais en fonction des catégories sociales accueillies. L'idée est d'en revenir à une vraie politique de discrimination positive, qui a sombré corps et biens avec feu les zones d'éducation prioritaires (ZEP créées en 1981). «Il ne s'agit pas d'établir des quotas, mais d'avoir un indice plus fin que les zones d'éducation prioritaire (on est ZEP ou on n'est pas en ZEP) pour contraindre à plus de mixité sociale, y compris dans le privé», expliquait en novembre 2010, l'ancien président de l'Unef, Bruno Julliard, chargé du pacte éducatif du PS. Face à l'échec de l'assouplissement de la carte scolaire, le PS promet également une «nouvelle sectorisation» incluant un indice de mixité sociale et – audace ! – l'enseignement privé, jusqu'ici totalement libre de sélectionner ses élèves. Mais pour le sociologue Choukri Ben Ayed, «il faudrait d'abord repenser l'offre éducative, car la fuite des élèves de certains établissements est la conséquence de la disparité de l'offre, de la hiérarchisation des écoles». Enfin «le droit à une formation initiale différée» offrirait une seconde chance aux quelque 150.000 jeunes qui sortent chaque année sans diplôme du système scolaire. 
23. Pour davantage de justice: fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG en un impôt plus progressif et prélevé à la sourceLes idées de Thomas Piketty ont fait leur chemin: désormais, le PS semble converti à la nécessité de la réforme, avec un impôt progressif qui redonne un sens, une transparence et une efficacité à la fiscalité. Le projet propose de supprimer le bouclier fiscal, de réévaluer toutes les niches fiscales, mais on manque encore de détails sur le nombre de tranches, le taux de la tranche supérieure ou les mécanismes de quotient familial. Or, en matière d'impôts, tout l'art réside dans l'exécution (revoir l'entretien Thomas Piketty-François Hollande).






3 comments:

FrédéricLN said...

Slightly new perhaps, and the global intention is quite right, from my centrist point of view. But such decisions would be, imho, very weak and very far from the main challenges!

Basically, our social protection / education / health model is threatened of a complete stop in the forthcomings months because of bankruptcy. The PS agenda is totally deaf on this issue.

Let's take wage differences between men and women: "all confusion factors removed", these differences are, according to several sources (including my private ones, no link, sorry), between 0 and 5%. That they still exist is awful, indeed; but to fix them will not be such a change, and the PS suggests une "usine à gaz", a quite complicated process, in order to improve things… maybe! Because it's very difficult to prove that wages are exactly equal, as every job place is different!

MYOS said...

The idea a school's resources should depend on its socio-economic make up rather than "ZEP" classification sounds like a good, practical idea to me. The more the kids come from impoverished families, the more the schools should have; the more the kids come from families without formal education, the more the schools should provide. That's level out the playing field as much as is fair, allowing the smart kids to rise not because their parents know what they're supposed to do and have the money to do so, but because they have the opportunity at school. (The kids with highly educated, wealthy parents will STILL have an advantage, but at least it won't be tricked from the start. I read that France is the developed country where social origin is the strongest bias in achievment, as opposed to effort, intelligence, etc)

FrédéricLN said...

@ MYOS : +1…