Thursday, June 16, 2011

Marine Le Pen and Her Party

Caroline Fourest and Flammetta Venner have published a study of Marine Le Pen and her party, which is reviewed here. From the review:

Elles montrent que, pour l’essentiel, le Front national avait commencé sa mue dès 2002 et l’avait accélérée à partir de 2006[1]. Le parti a en effet « glissé » depuis lors d’une extrême-droite revencharde mais assez satisfaite de sa propre marginalité à un populisme conquérant.

...
Le rôle de syndic des extrêmes-droites ne lui suffit pas, pas plus que des succès électoraux sans lendemain. Caroline Fourest et Fiammetta Venner le reconnaissent du reste : « si Marine Le Pen rêve de quelque chose, c’est assurément de siphonner les voix de l’UMP, au point de devenir la nouvelle force autour de laquelle la droite classique en miettes devra se recomposer[2] ».

...

Elle n’hésite pas en revanche à présenter l’islam comme une menace pour la France et pour la civilisation occidentale. Quitte à faire de la laïcité une valeur « culturellement située » : un bouclier respectable qui, volé à la culture républicaine, permettrait de lutter contre l’islam en évitant l’accusation d’islamophobie.
A l’image de mouvements populiste néerlandais ou suisses par exemple, le Front national commence, sous l’impulsion de Marine Le Pen, à faire du rejet de l’islam le cœur de son discours politique. Rejet qu’un Geert Wilders ou un Toni Brunner justifient au nom d’une « liberté » érigée en spécificité de leur Occident obsidional.

L’islamophobie de Marine Le Pen tranche donc avec l’arabophobie de son père. Là où l’ancien combattant d’Algérie rejouait symboliquement une guerre perdue en stigmatisant les musulmans, sa fille détourne un certain discours sur les libertés individuelles, les présente comme menacées et désigne l’ennemi : l’islam.
Arabophobie il y avait, islamophobie il y aura donc au Front national. Mais les idées de la fille sont bien plus dangereuses que celle du père, car elles avancent masquées sous le loup de la tolérance et de l’égalité entre les hommes et les femmes par exemple.

(h/t Chris B.)

1 comment:

Anonymous said...

My question: did the authors interview Marine and/or others in the FN? If they didn't I won't bother reading it.

Arun