Monday, July 4, 2011

Sawicki on the PS

In L'Humanité:


Les trois candidats principaux, Ségolène Royal, François Hollande et Martine Aubry, se distinguent relativement peu par des positions idéologiques tranchées, même s’il existe des sensibilités différentes et si tous ne mettent pas l’accent sur les mêmes thèmes. Ségolène Royal essaye ainsi d’apparaître plus à l’écoute des classes populaires en se rendant dans des entreprises ou en évoquant les difficultés à joindre les deux bouts. Fondamentalement, on ne peut parler de différences idéologiques. Arnaud Montebourg et Manuel Valls se démarquent un peu de cette orientation socialiste traditionnelle qui vise à concilier économie de marché et redistribution sociale. Arnaud Montebourg joue la carte de la démondialisation en insistant sur le protectionnisme européen ; quant à Manuel Valls, il est dans une position droitière affirmée, n’hésitant pas à considérer que l’identité nationale, la sécurité, la lutte contre l’immigration clandestine doivent être portées haut par la gauche. Mais ces deux candidats affichant clairement des lignes politiques opposées ne parviennent pas à décoller. Du reste, la campagne de la primaire sera assez courte, puisque l’essentiel des débats aura lieu en septembre. Par ailleurs, le PS reste obsédé par l’idée d’éviter tout déchirement public. Je ne pense donc pas que la primaire soit l’occasion d’un quelconque affrontement idéologique de grande ampleur. On avait pu observer en 2006, avec les adhérents à 20 euros et la primaire semi-ouverte qui a abouti à la désignation de Ségolène Royal, qu’il s’agissait d’un moment où les sondages, tels que relayés par les médias, jouent un rôle très important et ont tendance à être l’expression d’une politique d’image ou de communication des candidats plutôt que d’une confrontation d’idées très tranchées.
True, alas.

No comments: