Tuesday, October 4, 2011

Presidentialism: Piège à Cons?

Is the outsized importance of the French presidency a detriment to democracy in general? Pierre Brunet and Arnaud Le Pillouer consider the issue:

Bien évidemment, les Français se passionnent pour les campagnes présidentielles et l’abstention y est donc bien plus faible que pour les autres scrutins. Mais c’est là que réside précisément le problème : à prendre comme seul indice de sa popularité le taux de participation à cette élection, on néglige le taux de déception qu’elle engendre, tant la personnalisation et la dramaturgie excessives à laquelle cette élection conduit inéluctablement, nourrissent le mythe de l’homme providentiel. Or, d’une part, la désillusion est toujours à la hauteur du fol espoir que l’on a bien été contraint de créer pour s’extirper des désillusions précédentes. D’autre part, en focalisant toute l’attention du public, cette compétition occulte l’importance (pourtant réelle) des autres scrutins. Aussi l’élection du président au suffrage universel direct est-elle nocive pour la santé politique de notre pays en ce qu’elle laisse place à l’idée que la démocratie pourrait se réduire à la volonté d’un seul homme. Il ne faut dès lors pas s’étonner que l’abstention augmente pour tous les autres scrutins lesquels, médiatiquement moins spectaculaires, apparaissent politiquement moins décisifs. Populaire, l’élection du président ne l’est donc qu’en surface : au fond, elle mine insidieusement la confiance de nos concitoyens dans leurs institutions.

7 comments:

René said...

Le taux de participation est un fait qui se mesure. Le taux de déception n'est qu'une hypothèse des auteurs, tout comme ce "fol espoir" qu'ils prétendent déceler dans l'élection du Président.

Arthur Goldhammer said...

Il me semble qu'on pourrait proposer une mesure du "taux de déception," par ex. l'écart entre le taux d'approbation juste après l'élection d'un nouveau président et ce même taux en fin de règne. Dans le cas de Sarkozy, on aurait 72%-25%, ou un taux de déception de 47%, qui est considérable. En même temps, le "fol espoir" induit par l'élection se mesurerait par l'écart entre la majorité du vainqueur et ce premier taux d'approbation: pour Sarkozy, 72-53=19% fol espoir. C'est une boutade, bien sûr, mais pas tout à fait.

René said...

C'est, en effet, une idée intéressante, même si comparer les chiffres d'un vote et d'un sondage peut être contesté.
Cela dit, je n'ai pas lu chez les auteurs de proposition de remplacement. Il me semble plutôt que l'on doit prendre l'élection au suffrage universel du Président de la République comme un fait acquis à la mesure duquel il faut adapter les autres pouvoirs pour leur donner le poids nécessaire à l'équilibre de l'ensemble

bernard said...

Why not elect the president the way the head of the EU commission is chosen? That would surely give more power to local institutions...And we could have another Baroso.

Anonymous said...

Deception, fol espoir, etc - le peuple n'agit pas forcement dans le sens du rationnel et du raisonnable. Mais, tant que je ne vois pas d'indices prouvant le contraire, les Francais sont majoritairelent attaches a l'acte d'elire leur president-roi qu'ils embauchent en CDD.
Ca n'a pas de sens, mais c'est la democratie a la francaise, non?
JB

Anonymous said...

Today's incredible (as in: unbelievable/stretching credulity in a weird non-democratic way) story:
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/valerie-trierweiler-la-compagne-de-francois-hollande-espionnee-reactions_1036940.html
http://www.lepost.fr/article/2011/10/05/2605764_hollande-trierweiler-info-ou-intox.html

Jacques Attali said he liked Hollande for his personality so he's "waiting to see a platform".
Stéphane Hessel said "C'est Aubry qu'il nous faut".
Moati had a documentary on F3 last night, and C+ also did tonight. You can hear either one's new "allies" ram into the candidate they now purport to support but wouldn't even consider if DSK was still in the running.

Julien S said...

Alotta intellectual speculations about little, in the big scheme of things. It's not without impunity anymore. Have you heard of Intellectuels faussaires?