Sunday, May 1, 2011

"La France libre"

It used to be the Communists--"le parti des 75,000 fusillés"--who  most strenuously claimed the mantle of the Resistance. The Gaullists, once the war was over, preferred the role of le parti de l'ordre. But now--incredibly--it's the Front National, which Marine Le Pen wants to cast henceforth as the champion of "la France libre." Of course she has her own idea of what free France means:


Mais la grande affaire du discours, a été “la France libre”. C’est-à dire, pour Marine Le Pen, la reconquête par la France de sa souveraineté, qui a été confisquée par l’Europe et diverses institutions internationales. “La France doit s’affranchir d’une Union européenne qui n’a eu de cesse de nous affaiblir et de réduire nos libertés” a t-elle indiqué. Et mettant en avant son projet de “République référendaire”, elle a promis un référendum sur le sujet en des termes un peu abscons.
Puisqu’il y a combat pour la France libre, il y a désormais les résistants et les “collabos”.  Les résistants, c’est le FN. Les ennemis, ceux qui ont choisi “le confort de la servilité”sont nombreux. Il y a les “euromaniaques”, “les gouvernants de gauche et de droite qui ont consenti à l’entreprise anti-républicaine d’écrasement de la souveraineté”, plus généralement les “élites autoproclamées”.Par ailleurs, Marine Le Pen s’en est pris à tous ceux qui, à ses yeux, tuent tout débat: “les pseudos-experts”, “les nouveaux prêtres de la mondialisation”.Sur deux registres, la numéro un du FN s’est montrée particulièrement virulente: celui de la liberté syndicale et celui de la liberté de la presse. 
On this latter point, MLP apparently senses an opportunity in coming to the defense of a group of writers who have lately been dubbed "neo-reactionaries" in certain quarters.
La presse devra être libérée de la dictature de la bien pensance et de la pression des intérêts politiques ou financiers”. Elle a pris la défense de Elisabeth Levy, Robert Ménard, Eric Zemmour, Philippe Cohen, Natacha Polony, Luc Ferry, Frédéric Taddeï, Emmanuel Todd et Ivan Rioufol, qu’elle juge “victime des petits Torquemadas des temps modernes”, citant explicitement le Nouvel Observateur.
MLP may be defending the unions, but the unions aren't defending her:

Syndicalistes ou pas syndicalistes?  Un “cortège de syndicalistes frontistes” devait être dans les premiers rangs du défilé. Ce cortège s’est réduit à deux personnes (Thierry Gourlot et Fabien Engelmann) tenant une petite banderole :”Pour un syndicalisme national”. 

And some who are supporting the FN have been told to clean up their act:
Les skins font peau neuve. Dans le cortège qui a réuni entre 3200 participants selon la police et 20000 selon le FN, nous avons pu reconnaitre les skinheads déjà présents l’an passé, mais qui cette fois, étaient habillés “casual”, c’est-à-dire “polo-jean-baskets”. Bref les skins ont fait peau neuve. Les consignes de la direction du FN avaient averti les responsables départementaux de ne pas faire monter dans les cars toute personne ayant un look de skinheads ou en “treillis-rangers”. 

Words of Warning

Paul Krugman:

The way European officials are aggressively rejecting the obvious facts, and insisting on a story that fits their preconceptions, never mind the data, is striking. Why, they’re behaving almost like … Americans.

Tuer le père?

A former Frontist sees a clash between father and daughter as the former is eclipsed and the latter rises by differentiating herself from his politics. An analysis to be read with a skeptical eye, but this passage is of particular interest:


Si on regarde dans le passé du Front national, on s’aperçoit que du temps de Le Pen, quand il y avait des exclusions, elles frappaient plutôt des gens qui venaient du RPR et de l’UDF. En revanche depuis que Marine Le Pen est là, elle tape à son extrême droite, ce que Le Pen ne faisait pas. Il considérait que ces forces-là devaient être ménagées en cas de coup dur. Ils n’ont donc pas la même approche. Elle est dans une sorte d’approche à l’italienne, bien que je ne crois pas du tout qu’elle soit comparable à Gianfranco fini, qui a réussi l’alliance à droite en Italie. Tout cela s’inscrit dans un mouvement européen où les thèmes populistes ont un succès croissant dans de nombreux pays d’Europe.
Jean-Marie Le Pen a toujours pensé qu’il ne fallait pas quitter les fondamentaux d’une droite très radicale, Il renvoyait régulièrement des signaux sur ce terrain-là, de manière à durer. Il semble que l’ambition de Marine Le Pen d’arriver au pouvoir, ce qui était un objectif abandonné depuis longtemps par Jean-Marie, ne recueille pas du tout l’approbation de ce dernier. Il pense tout simplement qu’elle va échouer et qu’elle prend des risques qui à terme peuvent menacer le FN.
The commentator,  Lorrain de Saint-Affrique, also observes that in the election for the FN leadership, Marine Le Pen received 11,000 votes against 5,000 abstentions and 5,000 votes for Bruno Gollnisch, who stood for keeping faith with the traditional extremist orientation of the party.

Hollande: Accent on Youth

Apparently, François Hollande has been swotting up a "youth-oriented" approach to social policy with the aid of several young sociologists (Cécile Van de Velde, Nicolas Duvoux, and Camille Peugny). The (of course rather vague) main points include:



  • priorité à la petite enfance : création de 500 000 places en crèches ou dans des réseaux d'assistantes maternelles ;


  • refonte de l'enseignement et des formations professionnelles : regrouper et simplifier les qualifications, système d'orientation personnalisé…


  • création d'un pacte générationnel en entreprises, etc.

  • Mayday: The FN Marches

    Time was, the big news on Mayday was labor's march on the east side of Paris, culminating at the place de la Bastille. The FN counter-march on the west side, culminating at the statue of Jeanne d'Arc, was an affair of cranks of the extreme right. Today, Marine Le Pen is acclaimed by an enthusiastic crowd as she leads a column of confident Frontistes from the Opéra to the place des Pyramides. There are reminders of the past--she is flanked by her father and Holocaust-denier Bruno Gollnisch and her admirers chant "la France aux Français--but  Le Monde's Web site tells us that the FN is marching "en l'honneur des travailleurs," as if the Le Pen show were the only march in town, and labor had no voice of its own.

    Sad. Mayday indeed--and I am referring not to the date but to the international distress call.

    UPDATE: MLP's speech is summarized here.

    Marine Le Pen a choisi de marcher sur deux jambes : l'anticapitalisme et un anti-immigrationnisme qu'elle entend dégager de toute expression raciste. Cette option est celle d'une femme politique habile qui sait bien qu'un fil  (à la patte ?) la relie pour longtemps encore à l'histoire du Front National. Mais cette voie médiane est aussi un cable de funambule...
    And then there's this tidbit:

    Hier, en guise de zakouski de ce premier mai, le site frontiste Nation-presse-info a fait fuiter un sondage Opinion Way non publié qui donnerait 37% au deuxième tour à Marine Le Pen, aussi bien face à Nicolas Sarkozy qu'à Martine Aubry. Au cours des réunions préparatoires de ce premier mai, certains ont fait remarquer que c'était le score du Non au TCE un an avant le référendum. C'est dire si un vent de triomphalisme plane sur Montretout...