Friday, August 26, 2011

Not Your Grandfather's Primary

Variae has a little fun with the latest dérapage of Cambadélis.

Les beaufs parlent

It's one thing for sober scholars like me to ponder the mysteries of sex and power, but we should really listen to the experts like Patrick Sébastien, le beauf par excellence et échangiste par-dessus le marché:
En ce moment, je suis en train de répéter avec des comédiens. J’avais dix jours off, j’en ai profité pour écrire une pièce. C’est l’histoire d’une femme de chambre dans un hôtel de luxe qui sort à poil de sa salle de bain et viole un mec. Ma petite troupe va jouer dans des cafés-théâtres.

F.-S. Vous faites donc référence à Dominique Strauss-Kahn ?P. S. C’est le juste retour des choses. Quand je vois les mecs qui parlent d’innocence vis-à-vis de DSK, ça me fait gerber. On ne sait pas ce qui s’est passé. La seule chose qui est sûre, c’est qu’il l’a sautée. Les socialistes n’ont pas intérêt à s’emballer là-dessus. Les gens que je croise dans la vraie vie savent que blanchiment et innocence, ce n’est pas la même chose. D’ailleurs, DSQ sera l’un des personnages de mon spectacle.
F.-S. Qui allez-vous soutenir politiquement en 2012 ?P. S. J’ai une tendresse particulière pour François Hollande. Je ne dirai pas aux gens de voter pour lui parce que ce n’est pas mon rôle. Mais le travail de Sarko, tel qu’il le fait aujourd’hui, me plaît. Je ne fais pas de politique, je fais de l’humanisme. J’ai la chance d’avoir de bons rapports avec les politiques, je les rencontre en tête à tête.

I mean, what else is there to say?

Tax Gadgets

Historian Nicolas Delalande looks at Fillon's austerity package in the light of a long French history of camouflage of the state's budgetary needs.


Dans l'histoire, les taxes gadgets et les impôts incongrus ne manquent pas. Avez-vous des exemples en tête ?

Après la guerre de 1870, la France a connu un grand moment d'inventivité fiscale dans un contexte où la bourgeoisie refusait l'adoption d'un impôt sur le revenu. C'est l'époque de la taxe sur les billards et sur les cercles de jeux. On imagine aussi une taxe sur les célibataires qui ne verra finalement pas le jour ainsi qu'une taxe sur les domestiques, considérés comme un signe extérieur de richesse. On a également évoqué une taxe sur les pianos et sur les vélos, qui étaient à l'époque des biens de luxe.
Après la Première Guerre mondiale et au début des années 1920, de nouveaux projets de taxes plus ou moins loufoques sont annoncés tous les mois : taxer les biens oisifs, les œuvres d'art, etc. C'est souvent le signe d'une absence de clarté et d'un manque de courage politique car on contourne ainsi les vrais enjeux du débat démocratique sur la fiscalité. C'est également un moyen d'augmenter discrètement la pression fiscale sur les consommateurs, sans avancer à visage découvert.

New Republic Article

I have an article in The New Republic on the political aftermath of the DSK affair. The lurid title is not mine, however. (Scratch that: at my request, they've changed the title.)

Villepin Mediated for Libyans

Dominique de Villepin revealed today that he had acted as a mediator between the Libyan rebels and representatives of Qaddafi. Nothing came of the talks, he said. Sarkozy was kept informed.