Thursday, December 29, 2011

Minority Representation

The PS wants to increase the number of minority deputies in its parliamentary group, but it faces recruitment problems and ideological blockages:

Au-delà de ces blocages au niveau des élus et des cadres, la composition de la "base" socialiste est un frein au recrutement de jeunes issus de familles immigrées. Depuis la première Marche des Beurs, en 1983, les socialistes se sont coupés de plusieurs générations militantes dans les milieux associatifs, lassées des promesses non tenues sur le droit de vote des étrangers ou rebutées par le caractère trop gestionnaire du parti.
"Le PS ne sait plus attirer des cadres qui viennent du mouvement social, des syndicats ou du mouvement culturel. Son seul vivier, c'est le MJS (Mouvement des jeunes socialistes) et l'UNEF, c'est-à-dire des jeunes dans le moule", estime Malek Boutih, membre du bureau national du PS.
...L'autre frein est plus politique. Le PS peine à débattre des mutations de la société française et, particulièrement, de celles qui concernant les minorités visibles. Attachés à une conception abstraite de la République, les socialistes ont du mal àdéfinir ce qu'est la diversité et la place qu'ils lui donnent dans leur stratégie. "Pour le PS, les minorités doivent rester invisibles. Et pourtant, la direction sent bien qu'il y a un problème", observe M. Boutih.

The Issues that Count

According to Thierry Desjardins:
Selon le dernier sondage du jour, 79% des Français estiment que, pour l’instant, les programmes et les discours de tous nos candidats à la présidentielle sont « éloignés » de leurs préoccupations. Autant dire que cette campagne électorale, pourtant plus essentielle que jamais, commence par un dialogue de sourds entre des prétendants qui se disent prêts à sauver le pays et des électeurs affolés par la situation et désespérés par la médiocrité de ceux qui cherchent à les séduire.
Une fois de plus, et peut-être plus que jamais, on a un monde politique totalement coupé des réalités et qui semble se refuser à entendre la rumeur populaire, pour ne pas dire les grondements de plus en plus forts qui viennent des quatre coins du pays.
Il n’est pourtant pas nécessaire d’avoir fait l’Ena ou d’être un sondeur professionnel pour comprendre qu’aujourd’hui, et depuis quelque temps déjà, les « préoccupations » (le mot est faible) des Français sont, dans l’ordre et comme le rappelle d’ailleurs ce même sondage : 1) le chômage, 2) la hausse des prix des produits de première nécessité, 3) le remboursement des soins, 4) la protection des retraites, 5) l’accès des jeunes au marché du travail.

Les Brigades Anti-Criminalité bis

I previously discussed the new book by Didier Fassin, who studied one Brigade Anti-Criminalité in the Paris region over an extended period of time. Here is a lengthy, thoughtful discussion of the book, the BAC, and the problems of insecurity and policing in France today.Worth reading, since "security" issues are likely to play a major role in the presidential campaign.

Sign of the Times

A sitcom has surpassed the audience for one of France's two prime-time evening news shows:
Mais, le 21 octobre, la série de M6 a rassemblé sur sa tranche horaire 4,35 millions de téléspectateurs, soit plus que les 4,3 millions du JT de France 2. Le 27 octobre et le 9 décembre, la série a récidivé avec 300.000 et 200.000 téléspectateurs de plus que le JT de France 2.
So, how are we to interpret this fact? Does it indicate declining interest in current affairs on the part of the viewing public? Or does it suggest, rather, that people now have so many sources of news other than the TV that the JT de 20h are no longer the national institution they once were? I lean toward the latter interpretation.