Friday, February 10, 2012

"Les valeurs"

In a novel, Stendhal wrote, "La politique, c'est un coup de pistolet au milieu d'un concert. ... Cette politique va offenser mortellement une moitié des lecteurs, et ennuyer l'autre." But the same Stendhal also wrote: "Si vos personnages ne parlent pas politique ... votre livre n'est plus un miroir."

I was reminded of this dilemma when I read this morning Sarkozy's remarks about the presidential campaign now in full swing:
"Rien n'est plus important que de promettre des idées neuves aux Français", explique M. Sarkozy dans son interview. Ce nouveau positionnement, le chef de l'Etat le justifie en expliquant qu'il faut quitter le terrain économique, qui enlise les candidats dans des discours très techniques dont aucun ne sort vraiment vainqueur. Quant à la méthode, celle du référendum, elle répondrait "au problème de la pratique démocratique", selon un responsable de la majorité. "Les Français veulent reprendre le pouvoir d'une façon ou d'une autre", dit-il.
Stendhal's law applies with "economics" substituted for "politics": apparently Team Sarkozy's strategy is based on the assumption that any discussion of his (failed) economic policies will "mortally offend" half of the electorate and "bore" the other half. Hence he has settled on the less soporific choice of introducing "new ideas" about the "values" that he, Claude Guéant, Patrick Buisson, Brice Hortefeux, and the other deep thinkers in his entourage think define "French civilization" and demonstrate its "superiority" ... to the rest. Mind you, not to any other "civilization" in specific--to name names would be to "offend mortally." It's more profitable, electorally speaking, to compare oneself advantageously to a generalized "Other," who in all respects does not measure up. And it beats talking about unemployment.

Indeed, when it comes to unemployment, it is far, far more flattering to the superior values of the French to shift the discussion from the "mortally boring" terrain of economics to that of French civilization's disdain of "l'assistanat." This term was introduced into political discourse most recently by Laurent Wauquiez, the most brilliant of the younger generation of the Right, who tried it out on recipients of the RSA. The opposition's outcry was muted, so Sarkozy has taken the defense of this French value one step farther, applying it to les chômeurs, whom he proposes to send to mandatory retraining schools in exchange for their dole of relief. To treat the working poor as spongers was bad enough, but to extend the contempt to the involuntarily unemployed in the depths of a recession is a sign of genuine audace.

So there can be no doubt: Sarkozy has decided to fight the first round of the election on the far right end of the battlefield. The tactic seems to have been effective, in that Marine Le Pen's poll numbers have been decreasing, but that may simply reflect the fact that as election day approaches, those who were previously willing to express a protest against the status quo by registering support for its most extreme opponent have now decided to voter utile. But the PS nevertheless seems delighted that the race is narrowing into a two-person contest, which it is confident of winning:
"Même pas peur!", glisse Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, soulignant là un choix stratégique. Alors que le chef de l'Etat tente de rééditer le coup de 2007 et de faire tourner le débat autour de ses idées, les socialistes entendent "ne pas lemettre au centre de la séquence", explique M.Cambadélis. D'autant que le terrain choisi à l'Elysée laisserait à M. Hollande, selon un intime, "le rôle du rassembleur, bien plus que celui du seul candidat de la gauche". "Contre l'ostracisme et la mise au pilori des chômeurs, il parlera de la République à tous les Français", dit ce proche du candidat.
Indeed, not only will Hollande appear to be the rassembleur, he will be the only candidate speaking to the concerns of the majority of the French, who, according to polls, are far more interested in economic issues in this election than in so-called "values." Sarkozy could have played rope-a-dope by engaging Hollande on the economic terrain, where the contradictions inherent in the Socialist program are most manifest, and where the conservative case could be made with a certain logic (in comparative terms, France's economic performance in the crisis has not been terrible compared with any number of its neighbors).

In the end, the "values" discussion will have been a mere diversion, and Stendhal's more sober point will seem more prescient than his dubious concert simile: to paraphrase, "if a candidate in a campaign does not talk economics in the midst of a recession, he will no longer appear as a mirror in which voters can see themselves," and they will reject him and his attempt to divert the debate onto the roiling terrain of values.


Anonymous said...

Based on the interview with his new speech writer, Pelletier, the idea is to appeal to "the people". The buzz word was "populaire" (used 4 times in a 30 second speech): François Hollande is the candidate imposed by the Parisian media, he's an elitist who looks down on 'the people', whereas Nicolas Sarkozy understands their true problems, such as leeches who suck the state coffers dry, through unemployment benefits for example.
This is ironic since according to Cour des COmptes Sarkozy himself is responsible for 2/3 of extraneous expenses, mostly through faulty policies such as the fiscal shield and the untaxed overtime policy; ot much as been made of the Dosières report here, whereas the foreign press has had a field day with Dosières' report that Sarkozy bought over 50 cars with State money, for a total of 110 up from Chirac's 55, or that he spends $10,000 a week (or is that a day??) on food -- BTW isn't this what Chirac was tried for? Excessive spending that was in fact masquerading as food expenses and ended up being .. no one knows what because it didn"t go further?)

As you point out, one problem with the "leech" approach is that we're in a financial and economic crisis. Every day on TV you see people who end up unemployed when they'd do almost anything to keep their job. In fact, many of "the people" can imagine themselves at risk. Threatening them with the workhouse isn't likely to incite them to a Sarkozy vote.

Even "immigrants" are getting a decent treatment in the media because of the cold: F2 has had an exposé series about homeless families in shelters, people stuck in temporary housing, living as a family in a 7X10 room with a $1,700 rent; one father stated that he's got a good job, makes almost $2,000 a month, wants to pay for a regular apartment, but no one will rent him - something confirmed by another source- and you get the feeling that the only reason for this shortage of housing is the color of his skin. Each time, the journalist specifies that the person is "en situation régulière".
Even the poor, represented by the homeless, are presented in a sympathetic light due to the cold. People are reminded at the end of each article and each news segment that if they see someone in distress they should call 115.
Juxtaposition of Sarkozy's tough words feels odd. I'm sure it appeals to some, but I can't imagine it'd appeal to many.

Anonymous said...

Apparently Hollande changed his speech on Thursday in order to match Sarkozy's "values" speech. He was supposed to start his speech with family values (which here means all families) and he changed that to La République.

The choice of excerpts is mine, as are the cuts; you can read the whole thing (and excerpts as chosen by the PS), here:

Je veux ici vous livrer, en définitive, ma conception de la République et de la France.

Nous sommes un grand pays avec une longue histoire, et qui ne se résout pas à être une Nation parmi d’autres. Nous ne voulons pas affirmer notre existence par arrogance, mais nous considérons, sans doute parce que nous venons de loin, parce que nous avons surmonté des épreuves, parce que nous avons — et les plus anciens s’en souviennent — franchi des étapes essentielles pour notre construction nationale, nous considérons que nous avons un message universel à apporter. Nous ne nous vivons pas comme une exception mais comme une construction qui peut inspirer d’autres, mais qui peut aussi tirer de ce qui se passe ailleurs un certain nombre de références ou d’exemples. Nous n’avons pas non plus vocation à l’alignement, et encore moins à la soumission de la France à la finance, aux marchés ou à des disciplines sans perspective. Nous n’avons pas besoin non plus qu’on nous impose un modèle, même estimable, même respectable. Parce que nous sommes la France et que nous avons vocation à trouver par nous-mêmes les atouts, les forces, les capacités de nous redresser, tout en prenant parmi tous nos voisins ce qui peut nous servir de référence.

Je sais que les doutes se sont installés sur la place de la France , son destin, son avenir. Comment en serait-il autrement quand le chômage est au plus haut, la croissance au plus bas, quand le déficit commercial atteint un niveau record et quand la Cour des Comptes annonce que la dette publique va atteindre près de 90% du PIB en 2012, contre 60% en 2002. Elle doit donc reprendre confiance en elle. Elle n’y parviendra que si au plus haut sommet de l’Etat, on lui parle de ses atouts, de ses forces, de ses capacités, et si on mobilise tous ses acteurs publics (Etat, collectivités locales), privés (entrepreneurs, salariés, chercheurs), dans un pacte productif qui n’appelle pas des bricolages fiscaux de dernière heure mais une stratégie cohérente autour de la transition technologique, numérique, énergétique, écologique.

Les Français n’adhéreront à des efforts que s’ils sont justes. Ils ne peuvent accepter le creusement des inégalités, l’indécence des rémunérations, la précarisation des plus fragiles (8 millions de pauvres) quand l’injustice fiscale vient s’ajouter à l’arrogance de l’argent, j’entends certains qui menacent de leur propre exil si des sacrifices leur étaient demandés.

Voilà pourquoi j’ai proposé une réforme fiscale qui s’attache à mettre de l’équité, de la transparence et de la simplicité dans nos prélèvements qui épargnent les plus modestes et les classes moyennes, lesquelles ont été victimes du quinquennat qui s’achève.

Voilà pourquoi si des économies sont à faire, elles ne peuvent pas porter sur l’Ecole et sur la préparation de l’avenir.


Anonymous said...


La République, c’est bien plus que des Institutions, qu’il conviendra d’ailleurs de rénover pour donner plus de pouvoir au Parlement, plus de libertés aux collectivités locales, plus d’indépendance à la Justice — elle en réclame — plus de droits aux partenaires sociaux, de démocratie dans l’entreprise. Car la République n’est quand même pas le pouvoir d’un seul qui déciderait de tout, sur tout, partout ! La démocratie, elle est exigeante. Elle suppose que ce ne soit pas un pouvoir apanage d’un parti, qui devient vite un clan, d’un entourage qui se croit tout permis aujourd’hui, et d’une Droite qui considère que l’Etat lui appartient — et qu’il y a peut-être une élection, mais quand même, c’est dommage ! Parce que la Gauche n’aurait pas de légitimité ! Rendez-vous compte, elle a déjà gouverné, c’était il y a dix ans ! On nous en fait encore reproche ! Ce qui se passe aujourd’hui serait de notre faute, alors même que le gouvernement de Lionel Jospin avait rétabli les comptes publics, et notamment les comptes sociaux, que le déficit commercial avait été réduit à zéro, que la dette publique avait été contenue. Et voilà qu’on nous fait le procès ; ce serait à cause des 35 heures ! Mais les 35 heures ont été tellement assouplies qu’aujourd’hui, ce n’est plus qu’une durée légale. Et quand nous arrivons à démontrer que nous n’y serions pour rien, dans les mésaventures du pouvoir actuel, voilà qu’il remonte à François Mitterrand, et même au Front populaire !

Le redressement dans la Justice, mais aussi l’Espérance dans la République.

La République ce sont des valeurs qui nous permettent de vivre ensemble, qui nous élèvent autour d’un projet au service de l’intérêt commun.

La République c’est un combat. Elle nous unit autant qu’elle nous sépare, chacun a sa sensibilité. Elle nous permet, par le mouvement qu’elle imprime, par les valeurs qu’elle porte, de faire avancer la France. Elle exige de traduire ses valeurs proclamées : Liberté, Egalité, Fraternité, dans la réalité de chaque jour. Nous en sommes loin. Education, emploi, logement, santé, sécurité.

La République est rassembleuse. Je ne distingue pas les Français selon leur sensibilité ou leur vote. Je veux unir plutôt que séparer, apaiser plutôt que brutaliser. Chaque fois que la gauche a su se mettre à la hauteur de la France, elle l’a fait avancer.

Je m’adresse à tous ces Français négligés, abandonnés, angoissés pour eux-mêmes et surtout pour leurs enfants, soucieux de l’avenir de notre pays, mais aussi du sort qui sera réservé à la génération qui vient. Je leur dis : retrouvons ensemble le chemin des valeurs de la République et de notre Histoire. Ne cédez pas à la tentation d’aller vers des extrêmes qui n’ont rien à voir avec la République et ses valeurs. Grandissez-vous ! Regardez votre histoire, soyez à la hauteur de la France, si vous voulez être des Français citoyens et fiers de leur pays ! Ne vous détournez pas ! Ne cédez pas à la passion ! Ne cédez pas à la facilité, à la stigmatisation de l’autre ! L’autre, ce n’est pas l’étranger. L’autre, c’est le citoyen qui, demain, sera aussi au service de la Nation.

J’entends un candidat – qui ne l’est pas encore – et un président – qui ne le sera peut-être pas très longtemps – je l’entends évoquer dans un entretien à paraître des référendums sur de nombreux sujet – dans l’hypothèse, bien sûr, où il serait reconduit. Des référendums ! Mais que n’y a-t-il pas pensé plus tôt ? Sur le paquet fiscal, sur les retraites, et même sur la TVA ! Moi, je suis sûr de la réponse qui lui aurait été adressée par le peuple français.

Je veux renouer avec la promesse républicaine. Et la première promesse de la République, c'est l'Ecole.

(the rest of the speech is about education)

Anonymous said...

Three people who had voted Sarkozy in 2007 react: