Friday, March 16, 2012

Meanwhile, the European Left Dreams ...

So, while Angela Merkel is plotting the future of Europe (see previous post), left-wing leaders from across the continent will meet in Paris to consider an alternative future. François Hollande will deliver an important address, in which it seems he will characteristically confine himself to vague generalities and refrain from taking any position that might "bind" him in the case of actually having to govern:
Si la séquence réussit, elle pourra faire office de réponse au «pacte» supposé des conservateurs. «Nous allons montrer que nous ne sommes pas isolés, y compris sur la renégociation du traité», espère Simon Sutour, le président de la commission des affaires européennes au Sénat. La quasi-totalité des exécutifs en Europe (23 sur 27) penche aujourd'hui à droite, et les socialistes espèrent que l'élection de François Hollande sera vite imitée sur le continent.«Cela nous permet de dire que demain, si l'on gagne en France, puis en Allemagne et en Italie derrière (en 2013 - ndlr), nous aurons des gens au pouvoir, qui se connaissent, qui ont travaillé ensemble, et qui ont un projet commun», veut croire Philip Cordery, le secrétaire général du Parti socialiste européen (PSE).

Hollande doit prononcer samedi son discours sur l’Europe, écrit par l’ex-plume de Lionel Jospin, proche d’Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle. Un discours qui devrait être «équilibré» d’après le député Christophe Carèsche, membre du pôle Europe de l’équipe de campagne. «Il devrait assumer la position du PS sur le renforcement de l’Europe mais ce ne sera pas un catéchisme européen, promet-il. Il devrait y avoir deux éléments : la renégociation qui sera au cœur du discours et l’Europe politique. Mais il devrait être assez mesuré entre le renforcement des institutions communautaires et un rôle des Etats assumé.»
En revanche, Hollande pourrait renoncer à l’annonce d’une«déclaration de Paris», dont une version de travail a pourtant déjà circulé, signée par les principaux dirigeants européens, déclinant leurs propositions face à la crise. «C’est encore en discussion mais François n’a pas envie d’être lié. Chacun a ses contraintes intérieures», explique Stéphane Le Foll, chargé de l’organisation de sa campagne.
(emphasis added)

No comments: