Saturday, January 21, 2012

Mélenchon, Feisty as Ever

A feisty Jean-Luc Mélenchon offers his views on the election. Among other things, he claims that the working class has deserted the UMP almost entirely and is now making up its mind between him and Marine Le Pen:

Vous avez lancé une charge assez violente contre Marine Le Pen, la qualifiant de "semi-démente". C'est la bonne méthode ?
La gauche que je veux entraîner n'a pas d'avenir si elle ne reprend pas le terrain dans le peuple. En milieu populaire, il y a le FN et nous. La droite a elle-même levé la digue et tout ce qu'elle avait sur le terrain ouvrier est parti au FN. Mais il y a aussi une responsabilité du PS qui a abandonné consciemment le terrain parce qu'il se figurait que les classes moyennes urbaines suffiraient à porter un projet socialiste devenu consensuel et non conflictuel.
Je défie Marine Le Pen et ses névroses xénophobes. Mme Le Pen est un poulet d'élevage du Front national. Elle récite des fiches. Il faut la sortir de sa coquille. Je le fais en provoquant la compétition avec elle.

And whatever else you can say about JLM, his language is farther from la langue de bois than any other candidate:
Pour moi, la référence reste le "oui" et le "non" lors du référendum sur le traité constitutionnel européen [en mai 2005]. Toute la question de l'austérité, c'est le retour du débat du oui et du non. Il y a les trois partisans du oui. Ils disent la même chose différemment : "Il faudra payer la dette."Et puis, il y a une quatrième, Marine Le Pen, qui dit : "Si vous ne voulez pas du système, votez pour moi." Mme Le Pen prône un non qui est auto-disqualifié. Personne ne peut avoir envie d'en faire l'expérience. Ce n'est pas un match à quatre, c'est un garrot. C'est une camisole de force, ces quatre-là.