Thursday, July 26, 2012

Juppé's Observations

What do you know? I agree with everything Alain Juppé says:

Mais pendant ce temps là… l’évolution de l’Europe et du monde nous mène à la catastrophe, dans une relative indifférence dont je ne suis pas sûr qu’elle soit seulement estivale.

J’écrivais il y a quelque jours que la probabilité d’une explosion de la zone euro ne cesse de croître. Chaque jour qui passe, hélas!, le confirme. Et que font les gouvernements européens pour conjurer le péril? Rien ou presque rien. C’est maintenant que la France devrait monter en première ligne pour proposer, à ceux de ses partenaires qui y sont prêts, d’aller plus loin dans l’unité politique dont ne peut se passer une union monétaire.

J’entends ce matin annoncer la fin du monde d’ici un siècle si nous continuons à détruire nos éco-systèmes. Routine. Indifférence générale. Perplexité aussi. Qui croire, qui suivre de ceux qui fixaient, récemment encore, la date du “pic” de pétrole aux alentours des années 2020/2030, et des autorités américaines qui se lancent à fond dans l’exploitation du gaz de schiste, susceptible de leur garantir un siècle d’indépendance énergétique? On a le sentiment que le monde a perdu le Nord, que personne ne fixe le cap, que chacun se débrouille et navigue à vue, alors que nous sommes tous sur la même galère. La France devrait parler fort pour appeler au ressaisissement.

Il est vrai que notre ministre du redressement productif parle beaucoup. Agit-il vraiment? J’en doute. Soutenir la production de véhicules électriques, dans la droite ligne des propositions de la commission Juppé-Rocard sur les investissements d’avenir, c’est sympathique, et sans aucun doute utile à moyen/long terme. Mais qui ne voit qu’à court terme, ce n’est pas la réponse attendue pour redonner force à notre filière automobile? Tant que le nouveau pouvoir évitera soigneusement d’ouvrir le débat et d’engager l’action sur la compétitivité du secteur productif français, nous manquerons la cible.

Draghi: "Whatever It Takes"

After his Le Monde interview the other day, Mario Draghi is back, this time speaking to the Global Investment Conference in London, where he said that the ECB will do "whatever it takes" to preserve the euro:
«All'interno del proprio mandato, la Bce è pronta a fare qualunque cosa per preservare l'euro, e credetemi, questo basterà».
And his words were not without effect: spreads on Italian and Spanish bonds immediately decreased. Perhaps investors missed the phrase "within its mandate." German public sentiment has rapidly hardened against "doing whatever it takes," and it remains to be seen how free a hand Draghi actually has. The speech received a lot of play in Italy (which is why I'm quoting from the Corriere della sera) but none at all in France. The imminence of doom has apparently sharpened Italy's focus. France is still preoccupied with internal problems.

European Auto Industry

The Times looks at Europe's auto industry and sees overcapacity everywhere. Will the French strategy--promoting "clean" cars (hybrids and electrics)--work? It will be costly, with bonuses of up to €7000 euros per car. Montebourg thinks this will be "self-financing" because of the penalties attached to the purchase of highly polluting vehicles, but I'm not sure the arithmetic works out: if the plan is self-financing, it would be effective in stimulating a moribund industry or encouraging a shift to new technologies, and if it isn't self-financing, it will heavily burden the state. Meanwhile, PSA announced huge losses of nearly $1 billion for the quarter.