Friday, April 12, 2013

Gaëtan Gorce Delivers a Pessimistic Analysis of the Socialist Party

Gaëtan Gorce, a Socialist senator, is pessimistic about the future of his party, which he sees as an "oligarchy" of self-promoting "clans":


Envisagez-vous de quitter le PS ?
Malheureusement, j'y pense presque tous les jours. Je n'éprouve aucune satisfaction à en parler comme je le fais. J'ai adhéré au PS à 16 ans. Je suis plus socialiste que jamais, mais je me sens très mal à l'aise dans mon parti car je ne vois pas les choses bouger ni les moyens de les faire bouger. Le PS a subi une défaite au premier tour de la présidentielle en 2002 et n'a pas changé, il a subi l'affaire DSK et n'a pas changé. Il subit l'affaire Cahuzac et ne veut pas changer... Avant que le bateau sombre, il peut se passer un certain temps. L'agonie peut durer très longtemps. Je ne peux pas m'empêcher de faire un parallèle avec le Parti radical des années 1930 qui, comme le PS, était un grand parti, avec de grandes personnalités et un grand projet, et s'est petit à petit affadi au point de devenir simplement un élément d'un système.

Choice Words from Retiring Cohn-Bendit

Here:

Le duo Hollande-Ayrault en prend pour son grade : « L’un dirige la France comme il gouvernait le PS, l’autre confond la culture de Premier ministre avec celle de maire de Nantes » ;
Les partis politiques, qu’il aimerait voir disparaître au profit de « mouvements », mais il ajoute, réaliste et délibérément contradictoire : « Il n’y a pas de démocratie sans partis politiques, mais je ne supporte pas les partis politiques » ;
...
« La France sera dans le monde ce que le Luxembourg est en Europe ».