Sunday, March 15, 2015

France's Loss of Influence in the EU

Jean Quatremer, a sharp observer of the EU scene, has a lot to say about France's loss of influence at the European level.

Aujourd’hui, l’indifférence de l’opinion publique se mue en hostilité de plus en plus violente, comme le montre la progression fulgurante du FN, une opinion à laquelle les partis traditionnels ont été incapables depuis toujours de parler d’Europe. Ou plutôt, lorsqu’ils en parlaient, c’était pour mieux expliquer qu’elle était une contrainte et que la France, seule, aurait fait mieux. Les générations passant, les politiques français n’ont plus eu à se battre pour l’Europe, mais l’on reçue en héritage. Désormais, sauf à quelques exceptions de plus en plus rares, elle est devenue un impensé. Ce désintérêt, cette hostilité se payent cash : l’influence française est en recul constant à Bruxelles et plus elle recule, moins la France se reconnaît dans ce projet qui fut le sien avant d’être celui de l’Allemagne, alimentant ainsi la spirale mortelle du FN. Depuis Jacques Delors, qui a quitté la présidence de la Commission en décembre 1994, et Jean-Claude Trichet, qui a pris sa retraite de la Banque centrale européenne fin 2011, les Français n’occupent plus de poste dirigeant au sein de l’Union en dehors du poste de commissaire, qui leur est garanti par les traités. Un symptôme et un symbole.

No comments: