Wednesday, July 22, 2009

An Astonishing Regulatory Decision

A company named Voltalis has developed innovative technology for "distributive load shedding," which automatically turns off subscribers' appliances such as air conditioners during peak-consumption hours in order to avoid heavy user charges. Yet this energy-conserving technology has run afoul of French regulators. Amazing.

A half-hearted and unconvincing attempt at an explanation here.

3 comments:

Vincent said...

Pour Voltalis, le mieux pour expliquer est la situation suivante : imaginons que POWEO et EDF se partagent le marche electrique en France et que Voltalis possede un portefeuille de clients qui sont tous les clients EDF. A J-1, POWEO et EDF annoncent qu'ils vont produire 100 pour le lendemain, mais POWEO s'est trompe et en fait ses clients ont besoin de 200 le jour J. RTE (gestionnaire du reseau) fait une enchere pour savoir qui peut retablir l'equilibre, soit en augmentant la production (des centrales a gaz qui etaient a l'arret) soit en diminuant la conso, c'est la que voltalis intervient. Voltalis propose (ce n'est qu'un exemple) d'effacer totalement la difference de 100 entre l'offre et la demande. Ainsi, on a du cote de la production EDF et POWEO qui produisent 100 chacun et du cote de la conso, les clients de POWEO consomment 200 et les clients EDF qui ont tous ete effaces 0. Il y a bien equilibre, le probleme, c'est qu'EDF, qui ne s'est pas trompe dans ses previsions, continue de produire 100 et n'a plus aucune source de revenus !

Ce que dit la CRE, c'est que Voltalis doit compenser EDF pour cet effacement et integrer ce que ca lui coute dans son offre a RTE. Ainsi cette "taxe" de Voltalis a EDF est finalement payee par RTE qui se retourne ensuite vers POWEO pour lui faire tout payer car il a mal prevu la conso de ses clients.

Ce que Voltalis souhaitait, c'est ne pas integrer cette taxe et s'arranger apres coup pour que POWEO compense directement a EDF le manque a gagner. La CRE a juge que ce n'etait pas possible pour la raison suivante : imaginons que l'idee defendue par Voltalis soit retenue et que RTE hesite entre deux offres pour retablir l'equilibre : une d'une centrale a gaz qui se propose d'augmenter sa production pour un montant de 100 et Voltalis qui propose de reduire la conso de ses clients pour 75 (entrainant un manque a gagner pour EDF de 50 par exemple). RTE dit alors a POWEO, j'ai choisi l'offre la moins chere, comme la loi me le demande, donc vous me devez 75, mais vous devez payer aussi 50 a EDF pour compenser sa production non remuneree. POWEO dirait alors : cela me coute au final 125, donc RTE n'a pas choisi l'offre la moins chere, il aurait du choisir l'offre de la centrale a gaz qui coutait 100.

Bref, la decision de la CRE me semble frappee au coin du bon sens,

Unknown said...

Merci pour l'explication, mais l'exemple me semble totalement artificiel. On peut faire l'hypothèse que les clients de Voltalis serait distribués parmi les fournisseurs à raison de la contribution de chacun d'entre eux à la production. Dans ce cas-là, la réduction effectuée par Voltalis serait partagée de façon plus équilbrée. Et dans la réalité, est-il raisonnable de supposer qu'un fournisseur se trompe à ce point dans ses prévisions?

Vive la République ! said...

Une réponse plus complète sur mon blog : http://vivelarepublik.blogspot.com

En fait même Voltalis est d'accord pour dire que quelqu'un doit compenser l'électricité produite par EDF et non rémunérée par les clients effacés. Le fond du débat c'est si cette compensation doit être fait ex ante (c'est ce que propose la CRE), c'est-à-dire que Voltalis intègre cette compensation dans le prix de son offre à RTE et que RTE fait ensuite payer le tout à POWEO ou alors ex post (c'est ce que veut Voltalis) c'est-à-dire que la compensation est directement versée de POWEO à EDF après le choix de l'offre de Voltalis.

A priori ça ne change rien pour le consommateur, pour EDF ou pour POWEO (pas tout à fait pour POWEO en fait) en revanche cela diminue considérablement la marge de Voltalis, d'où leur acharnement contre la décision de la CRE.