Wednesday, June 30, 2010

A similar Analysis

Thierry Desjardins offers an analysis of the current situation similar to mine. First, he wonders why Sarkozy is putting off the cabinet reshuffle until October:

Seulement voilà, Sarkozy n’est pas pressé. Ce remaniement, a-t-il précisé, aura lieu en… octobre prochain. Pourquoi ? On ne comprend pas. Il y a le feu dans la baraque et il est évident que chaque jour, vacances ou pas, on va continuer à nous sortir des affaires, des scandales car il y en a, paraît-il, encore plein les tiroirs et même des placards entiers.

He notes and dismisses the idea that Woerth is indispensable for retirement reform:

A l’Elysée, on répond qu’il faut en terminer avec la réforme des retraites et qu’il est impossible que Woerth ne conduise pas à son terme cette réforme qui sera, dit-on toujours à l’Elysée, « la grande œuvre » du quinquennat. Mais on oublie, d’abord, que cette réforme avait été confiée à Xavier Darcos et que Sarkozy ne s’est pas gêné pour le déboulonner sèchement au lendemain de la catastrophe des régionales et, ensuite, que ce malheureux Woerth est maintenant mort politiquement. Il ne pourra plus jamais mener des discussions avec les syndicalistes ni persuader l’opinion que quoi que ce soit.

And then he wonders about bringing in Juppé, suggesting that Juppé may recognize the possibility of a trap:

Certains disent que Sarkozy cherchent des « volontaires » et qu’on ne se bouscule pas en ce moment pour monter dans sa galère. Même Juppé ne serait plus très chaud. Et Borloo non plus.
En fait, il semble bien que Sarkozy s’imagine qu’avec l’été, les choses vont se calmer, s’oublier. Il a tort. Il n’a pas entendu les trompes sonner l’hallali. Il est aux abois et ne s’en rend pas compte.

No comments: