Thursday, July 8, 2010

Walking It Up Again

La donna è mobile:

Selon les informations du "Monde", Claire Thibout a fait, devant les enquêteurs, un récit édifiant des pratiques d'une partie de la classe politique française. Si elle se rétracte pour partie sur la version qu'elle a livrée à Mediapart, elle maintient qu'Eric Woerth a été cité et confirme que l'hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine était un lieu prisé par les hommes politiques. 

UPDATE:

Mais si elle se rétracte pour partie, elle demeure très accusatrice. Ainsi, elle confirme que l'hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine était un lieu prisé par les hommes politiques. Elle précise même que "ces messieurs venaient pour avoir de l'argent" mais indique n'avoir jamais assisté à la moindre remise d'enveloppes. "Il y avait des enveloppes d'espèces qui étaient remises par M. Bettencourt ou de temps en temps par Mme Bettencourt à des politiques", relate-t-elle.
M. Sarkozy était-il concerné ? C'est "possible", avance-t-elle, sans qu'elle puisse prouver quoi que ce soit. Elle raconte les invitations à l'hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine. On y croisait, si l'on en croit Claire Thibout, Pierre Messmer, Mme Pompidou, François Léotard, Gérard Longuet, le couple Chirac, Edouard Balladur, Bernard Kouchner, Danielle Mitterrand ou encore Renaud Donnedieu de Vabres, Nicolas Sarkozy et plus récemment Éric Woerth.

2 comments:

bernard said...

I don't know that the comptable "se rétracte pour partie". What I have read in the article, when they quote her rather than when they comment on her statements, is that she says that Mediapart have changed the wording of her statements to them, which is not quite the same thing. If mediapart have recorded their interview, they should publish the verbatim. "Se retracter" means you previously said something and now you annul at least in part what you previously stated.

Anonymous said...

Let us see whether Mediapart can publish the verbatim.

But I agree with Bernard here: it looks like she hasn't gone back on what she'd said.

I bet Woerth was gleeful... then much less so.