Monday, November 15, 2010

Grunberg on the end of the Hyperpresidency

Gérard Grunberg thinks that Sarkozy's retreat, however unwilling, will make him a stronger candidate:

D’une certaine manière, les difficultés rencontrées par le président pour remanier le gouvernement l’ont paradoxalement aidé. Elles l’ont conduit, pour une part bon gré mal gré, à faire ce qui était le meilleur pour lui, c'est-à-dire à mettre fin à l’hyper-présidence. Désormais, il devra compter davantage sur son Premier ministre, ses groupes parlementaires et son parti. Il pourra ainsi retrouver une position qu’il avait à tort abandonnée, celle d’un chef d’équipe et pas d’un chef tout court. Ce qui ne signifie en aucune façon qu’il perdra le leadership réel du pouvoir exécutif. Mais il pourra se concentrer davantage sur les grandes questions et sur sa future candidature, si toutefois son tempérament le lui permet !

No comments: